Action critique médias

Acrimed est une association française loi de 1901 de critique des médias, créée en 1996, dans la foulée du mouvement social de novembre...



Catégories :

Association ou organisme français - Journalisme - Média Internet - Média altermondialiste - Altermondialisme - Critique du journalisme - Association fondée en 1996

Recherche sur Google Images :


Source image : www.spip-herbier.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Action-CRItique-MEDias est une association qui se propose de se former en Observatoire des ... concernant le site web : ACRIMED - Action Critique Médias... (source : netoo)
  • La newsletter de juin 2008 d'Acrimed (Action Critique Médias) est arrivée : petite sélection personnelle :). Pas de télévision publique à prix cassé !... (source : blog.francetv)
  • 8 Acrimed, Action Critique Médias, est une vitrine universitaire de PLPL. Ses travaux sont consultables sur le site. (source : homme-moderne)

Acrimed (Action CRItique MÉDias) est une association française loi de 1901 de critique des médias, créée en 1996, dans la foulée du mouvement social de novembre et décembre 1995 et dans le sillage d'un appel à la solidarité avec les grévistes, en réponse à la façon dont les grands médias auraient pris parti contre ce mouvement et neutralisé l'expression de ses acteurs[1].

Constituée en «Observatoire des médias», Acrimed réunit des journalistes et des salariés des médias, des chercheurs et des universitaires, des acteurs de la vie associative et politique. Association adhérente d'Attac jusqu'en 2008, Acrimed se réclame du mouvement altermondialiste. Comme Attac, Acrimed est membre fondateur de l'Observatoire français des médias (OFM).

Objectifs

Acrimed se donne pour but «d'intervenir publiquement, par l'ensemble des moyens à sa disposition, pour mettre en question la marchandisation de l'information, de la culture et du divertissement, mais aussi les dérives du journalisme lorsqu'il est assujetti aux pouvoirs politiques et financiers et lorsqu'il véhicule le prêt-à-penser de la société de marché»[2].

S'appuyant sur les analyses critiques d'économie et de sociologie des médias et du journalisme — et surtout sur les travaux de Pierre Bourdieu —, l'association se donne pour objectifs d'«informer sur l'information», sur son contenu et sur les conditions de sa production, mais aussi d'analyser les effets de la subordination des métiers du journalismes aux pouvoirs économiques qui dominent les médias[3] ainsi qu'aux pouvoirs politiques qui les maintiennent sous tutelle. Selon Acrimed, cette situation explique beaucoup la transgression répétée des règles de la déontologie journalistique. Parmi les cibles de l'association, on retiendra la critique de l'ensemble des formes de connivence pratiquée par une minorité de journalistes qui occupent les sommets de la profession, mais aussi la contestation des «intellectuels médiatiques» dont elle déplore l'omniprésence dans les médias.

L'association résume ses objectifs en quatre points[4] :

Le site Acrimed

Acrimed publie sur son site web des contributions élaborées par le comité de rédaction de l'association, mais aussi des articles de correspondants, le cas échéant sous forme de tribunes libres.

Ce site dispose d'une visibilité importante sur Internet : lors du débat au sujet du Traité établissant une Constitution pour l'Europe, il a été montré par un groupe de recherche de l'Université de Compiègne qu'il était à identiqueité avec rezo. net l'un des principaux sites de référence sur le sujet, devancé uniquement par Libération. fr[5].

Le 20 novembre 2007, Acrimed a publié une note sur le traitement des grèves dans les transports publics, accusant TF1 de surexposer les propos défavorables à la grève et ses inconvénients et de ne laisser qu'une part congrue aux propos des grévistes[6].

Autres médias

Acrimed diffuse aussi ses travaux et analyses sur d'autres supports. Un Magazine, présenté comme une publication intempestive et aléatoire, est diffusé selon différents modes. Les n°1 et 3 sont en vente auprès de l'association directement. Les n°2 et 4 ont été diffusés en supplément dans le journal Le Plan B. L'association a aussi publié trois livres chez les Éditions Syllepse :

Les rédacteurs d'Acrimed participent aussi à de nombreux débats en France ainsi qu'à l'étranger[7].

Le journal satirique PLPL[8] présentait Acrimed comme sa «vitrine universitaire». À quoi Acrimed réplique, ironiquement, que PLPL n'est que «l'une des succursales non franchisées d'Acrimed»[9].

Critiques

Les détracteurs de l'association, comme les journalistes Jean Quatremer[10] et Aliocha [11] se demandent où s'arrête l'étude critique des médias elle-même et où débute l'expression de points de vue politiques sous couvert de démontage d'argumentaires de journalistes et d'éditorialistes exprimant l'avis opposé.

Philippe Corcuff estime que des analyses d'Acrimed recourent à des explications de nature conspirationniste[12][13]. Pour Patrick Champagne et Acrimed, «ce donneur de leçons est [... ] un faussaire»[14].

Notes et références

  1. Voir l'«Appel pour une action démocratique sur le terrain des médias» (1996) et «Les médias face au mouvement social de la fin», article paru dans la revue S!lence en juin 1996.
  2. Voir Acrimed se présente sur le site de l'association.
  3. Voir l'exemple de Rupert Murdoch sur le site d'Acrimed.
  4. Voir le magazine n°1 d'Acrimed
  5. Carte des sites du débat sur le TCE établie par le groupe réseaux, territoires & géographie de l'information de l'Université de Compiègne.
  6. «Acrimed dénonce le traitement de la grève par les journaux de TF1», NouvelObs. com, 13 juin 2008.
  7. Les débats d'Acrimed.
  8. Le journal PLPL (Pour Lire Pas Lu) a laissé la place au mensuel Le Plan B suite à la fusion de sa rédaction avec celle du journal Fakir.
  9. Voir Dans «L'Actu des médias» (février 2003) .
  10. Voir par exemple la passe d'armes sur les modifications apportées par le Parlement européen à la directive services (ex-directive Bolkestein) entre Acrimed et Jean Quatremer de Libération. Le Monde et Libération : désinformation active sur la directive Bolkestein (Acrimed) et réponse de Jean Quatremer mais aussi re-réponse d'Acrimed
  11. «En finir avec Acrimed»[1], La plume d'Aliocha, en réaction à l'article Le Monde et le mouvement universitaire d'Acrimed
  12. Philippe Corcuff, «De quelques aspects marquants de la sociologie de Pierre Bourdieu», octobre 2004
  13. «Les journalistes sont-ils tous des vendus ?», Charlie Hebdo, 2004
  14. Acrimed, «Philippe Corcuff, critique «intelligent» de la critique des médias», Patrick Champagne, le 29 avril 2004 [2]

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Action_critique_m%C3%A9dias.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu