Anarcho-syndicalisme

L'anarcho-syndicalisme ou anarchosyndicalisme est un syndicalisme basé sur les principes de fonctionnement de l'anarchisme.



Catégories :

Anarchisme - Anarcho-syndicalisme - Courant d'inspiration marxiste - Histoire de l'anarchisme - Syndicalisme - Réappropriation - Altermondialisme

Recherche sur Google Images :


Source image : www.youtube.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'ANARCHO - SYNDICALISME, C'EST QUOI ? LA C. N. T, QU'EST-CE QUE C'EST ?... ni idéologie momifiée, l'anarcho-syndicalisme est avant tout vivant et expérimental... (source : cntait89.free)
Drapeau du syndicalisme libertaire.

L'anarcho-syndicalisme ou anarchosyndicalisme est un syndicalisme basé sur les principes de fonctionnement de l'anarchisme (autogestion, libre fédéralisme, démocratie directe, mandaté élus provisoirement et rétermes, ... ).

En d'autres termes, le militant anarchosyndicaliste pose le syndicat comme forme d'organisation des travailleurs, et refuse le principe de parti, d'association ou de regroupement corporatiste. Le syndicat est alors la structure qui permet aux classes opprimées de s'organiser à la base et de mener la lutte selon les choix des individus regroupés en collectifs et non selon des directives hiérarchiques données par un bureau politique (en d'autre termes, du bas vers le haut et non du haut vers le bas).

Historique

Le syndicalisme révolutionnaire est apparu vers la fin du XIXe siècle, marquant certaines des pages principales de l'histoire du mouvement ouvrier. Ainsi, il fait partie des courants fondateurs de la CGT française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, de nombreux militants anarchistes comme Émile Pouget (rédacteur en chef de la revue Le Père Peinard) ou Fernand Pelloutier. L'anarcho-syndicalisme devient un des courants importants du syndicalisme français, en réaction à la montée en puissance du Parti communiste français durant les années 1930, au sein de la CGT-U. Il en résultera une scission et la création par des militants syndicalistes purs (anarchistes) et des syndicalistes révolutionnaires d'une éphémère Confédération générale du travail - Syndicaliste révolutionnaire, dont la Charte fonde l'anarchosyndicalisme français. Cette organisation regroupera à peu près 2000 adhérents selon un de ses animateurs, Paul Lapeyre (interview pour la revue anarchiste Les Œillets rouge en 1986). La CGT-SR, interdite en 1939, ne survivra pas à la Seconde Guerre mondiale, ses adhérents rejoignant la CGT en 1945, préparant la fondation de Force ouvrière ou créant la CNT française (Confédération Nationale du Travail).

Mais l'heure de gloire européenne de l'anarchosyndicalisme est espagnole : c'est en 1936, lors de l'insurrection des militaires franquistes et des milices d'extrême droite que la CNT espagnole, confédération anarchosyndicaliste forte de deux millions d'adhérents, lance un vaste mouvement de collectivisation des terres et des industries dans les zones qu'elle contrôle. Les militants de la CNT sont parmi les premiers à se rendre au front ainsi qu'à donner un coup d'arrêt à l'avancée des troupes franquistes, côte à côte avec les soldats restés fidèles à la république et des militants marxistes. La suite de la guerre verra l'affaiblissement de la CNT face aux manœuvres hégémoniques du parti communiste stalinien, et la fin de la guerre en 1938 verra une répression brutale s'abattre sur les militants espagnols, pour énormément contraints de se réfugier en France. Ces derniers formeront la base des maquis anarchistes du sud de la France, et seront à l'origine de la création en 1946 de la CNT française.

Le mouvement anarchosyndicaliste (ou plus précisément anarchiste ouvrier) a aussi eu une influence prépondérante en Amérique Latine, où il est à l'origine du mouvement syndical dans de nombreux pays. En Argentine, la FORA a représenté un organisation de masse capable d'inquiéter l'État et le patronat, avant d'être laminée par une répression féroce.

Confrontés à l'omniprésence de militants marxistes dans les milieux syndicaux, l'anarchosyndicalisme n'arrivera jamais à retrouver l'influence idéologique dont il jouissait au début du siècle ; bien que ces dernières années, on assiste à un retour en force des idéologies autogestionnaires, antiautoritaires et anti-capitalistes dans les discours militants.

Pratiques et idéologie de l'anarcho-syndicalisme

Le thermomètre des salaires (1896)

Les militants anarchosyndicalistes ont théorisé nombre de pratiques syndicales. S'ils ont énormément réfléchi sur la grève générale comme moyen pour la classe ouvrière de se réapproprier ses outils de production, ils ont aussi popularisé l'action directe (occupations, piquets de grève), le sabotage[1] (refus de produire des marchandises de qualité, et boycott par les prolétaires des produits en question) comme moyens d'action, mais aussi, occasionnellemen, la réappropriation directe des richesses produites.

Prônant l'antiautoritarisme et le libre choix des travailleurs en lutte quant aux modalités de l'organisation et du suivi des conflits, et refusant toute idée d'État, fut-il prolétarien, les anarchosyndicalistes (et les anarchistes généralement) se sont fréquemment trouvés férocement opposés aux militants d'obédience marxiste.

Un principe majeur de l'anarchosyndicalisme est de lier fortement la lutte contre les formes d'exploitation et d'aliénation dans la société actuelle avec l'objectif visé de construire une société communiste libertaire. En d'autres termes, l'anarcho-syndicalisme comme théorie et pratique, intègre une vision d'un projet politique global. Ce lien fort entre anarchosyndicalisme et communisme libertaire se traduit par une identité de principes et de pratiques : démocratie directe, rotation des tâches, anti-autoritarisme, solidarité, fédéralisme. On observe cependant, à des titres divers selon les organisations qui se réclament de l'anarcho-syndicalisme, des écarts entre ces principes et les pratiques concrètes. Occasionnellemen, l'écart devient si grand, l'attachement à certains de ces principes si faible, que l'identité "anarcho-syndicaliste" ou encore "anarchiste" est régulièrement niée : un travail de redéfinition identitaire et le plus souvent stratégique est alors à l'œuvre.

À la différence du courant industrialiste nord-américain (les IWW essentiellement, fréquemment qualifiés à tort d'anarcho-syndicalistes tandis que l'industrialisme se veut a-idéologique), le courant européen et d'Amérique latine s'est orienté vers une démarche globaliste : ses militants ont étendu leur réflexion et leurs pratiques dans de nombreux domaines, bien au-delà de la stricte (et indispensable selon eux) action syndicale : éducation, formation, bibliothèques, libération sexuelle, etc.

Les militants anarchosyndicalistes escomptent mettre en œuvre un tel projet politique dès qu'un rapport de forces favorable permet d'enclencher un processus révolutionnaire.

Une partie des anarchosyndicalistes est organisée au niveau mondial au sein de l'Association mondiale des travailleurs (AIT), reconstruite en 1922 et héritière de la Première Mondiale du même nom : Association mondiale des travailleurs.

Depuis le début des années 1990, l'AIT a connu un renouvellement : les groupes qui se sont éloignés des positions anarchosyndicalistes au profit de tactiques syndicalistes révolutionnaires (au sens marxiste du terme) ont été exclus (CNT dite Vignoles en France, groupe de Rome de l'USI Italienne). Mais elle a été rejointe par de nouveaux groupes, surtout d'Europe de l'Est (Russie, tchéquie, slovaquie) et ce quelques années à peine après le Chute du mur de berlin. Après le congrès de 2000, ce redéploiement, timide mais réel se confirme (Serbie, Brésil, etc... )

En France, il existe depuis 1993 deux organisations dénommées "CNT", mais une seule s'est vu consacrée comme section de l'AIT (depuis le congrès de décembre 96) et s'intitule "CNT-AIT".

Aujourd'hui le mouvement anarchosyndicaliste se développe en France, on doit par exemple citer la CNT française, quelquefois nommée CNT-Vignoles, mais également des organisations de taille plus modestes comme l'Union des Anarcho-Syndicalistes (UAS - composante du parti des travailleurs trotskiste), le Syndicat intercorporatif anarchosyndicaliste (SIA) et le Groupement d'Action et de Réflexion AnarchoSyndicaliste (GARAS).

Sur le plan mondial, la CGT espagnole (CGTe), La CNT espagnole, la SAC suédoise, le groupe de Rome de l'USI en Italie se revendiquent aussi - au moins partiellement - de l'anarchosyndicalisme.

La CNT-AIT quant à elle cherche à réinterprêter l'anarchosyndicalisme à la lumière de l'apport d'autres courants (situationnisme, communisme de conseil, anarchisme ouvrier de la FORA?, autonomie populaire etc... ) [2]

Notes et références

  1. Cette technique fut théorisée par Emile Pouget dans une brochure beaucoup diffusée et récemment rééditée : Le sabotage, 1913, Mille et une nuit, 2004. Notes et postface de Grégoire Chamayou et Mathieu Triclot.
  2. CNT AIT TOULOUSE Anarchosyndicalisme ! > L'anarchosyndicalisme questionné

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Anarcho-syndicalisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu