Antimondialisation

Antimondialisation est le terme générique utilisé au cours des années 1990 pour décrire le mouvement d'opposition à la mondialisation et au «néolibéralisme».



Catégories :

Mondialisation - Altermondialisme

Recherche sur Google Images :


Source image : www.checkpoint-online.ch
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Dès le milieu des années 1990, la mondialisation néolibérale à son apogée commence à ... L'antimondialisation est née. C'est ainsi qu'a émergé le mouvement... (source : sisyphe)

Antimondialisation est le terme générique utilisé au cours des années 1990 pour décrire le mouvement d'opposition à la mondialisation et au «néolibéralisme». Il est toujours utilisé en ce sens dans la majorité des langues et des pays. Dans un petit nombre de pays comme la France, il est cependant désormais réservé aux opposants à toute forme de mondialisation, à la différence des altermondialistes qui introduisent une nuance sémantique en disant prôner une mondialisation différente.


Essai de distinction anti / alter

Les membres de ce mouvement radical, par conséquent nommé aussi altermondialisme radical, sont reconnus par d'autres altermondialistes comme entretenant une confusion avec leur propre appellation, laquelle caractérise pour eux une démarche de contre-proposition, comme la recherche de nouvelles voies pour une mondialisation plus solidaire, et non une opposition à toutes formes de mondialisation. Les altermondialistes considèrent que cette "confusion" est aussi entretenue par les sceptiques au mouvement alter mondialiste, qui voient dans ses discours et modes d'actions une certaine ambiguïté pouvant amener à douter de ses intentions, ou alors à l'assimiler aux forces réactionnaires, isolationnistes et communautaristes.

Le terme "antimondialisation" est actuellement de moins en moins utilisé en France et en Belgique pour qualifier l'altermondialisme. Il demeure cependant une cœxistence des deux termes au Canada. Certaines personnes telles André Bellon ou les mouvements d'extrême droite s'en réclament, en opposition au terme d'altermondialisme.

Les antimondialistes ont pris pour habitude de récupérer dans leur argumentaire de façon fragmentaire des éléments ayant trait au caractère jugé injuste de certaines dispositions de la mondialisation actuelle développés par ceux qui se définissent altermondialistes. Cependant, les altermondialistes considèrent leurs réponses, quoique plurielles, comme complètement différentes de celles des antimondialistes.

Positions, origines, actions

Il existe, chez les activistes opposés à une société interagissant avec le reste du monde, qui viennent des milieux essentielistes, communautaristes ou nationalistes, des factions violentes. Certains observateurs voient dans les attentats du 7 juillet 2005 à Londres qui semblaient viser le G8, une action des antimondialistes (le G8 fréquemment reconnu comme symbole de la mondialisation qui ne bénéficierait qu'à des privilégiés. )

Certains, prônent le nationalisme et un retour aux valeurs «respectant les traditions» autochtones telles l'EZLN en matière de mœurs, ainsi qu'un refus de tout élément culturel reconnu comme étranger (musique, alimentation, vêtements... ). . Cette «purification» culturelle s'accompagne d'un racisme envers les populations classées comme étrangères. D'autres prônent la musique, la variété des races, et un dispositif plus équitable. Certaines approches préconisent un abandon des progrès scientifiques et techniques au profit de réponses religieuses (dans le domaine de la biologie, cela conduit au soutien des concepts créationnistes).

Critique

La critique de ce mouvement porte sur ses origines politiques et ses fondements idéologiques, et surtout économiques. Certains de ses membres peuvent être issus de groupe d'extrême droite et plus rarement de groupuscule se considérant comme appartenant à la gauche radicale (à cause de la vision mondialiste de l'essentiel de la gauche radicale, il existerait une certaine incompatibilité entre les thèses antimondialistes et la pensée de la majeure partie de la gauche).

Du point de vue des partisans du libéralisme économique, ses positions en faveur du protectionnisme économique et son souhait de réguler le marché, se basent, sur une analyse discutable du fonctionnement de l'économie. Les positions protectionnistes sont d'ailleurs perçues comme ironiques car elles sont reconnues comme spécifiquement néfastes, en premier lieu, aux pays du sud .

Bibliographie

Lien externe

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Antimondialisation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu