Citoyenneté mondiale

Se nomment citoyens du monde certaines personnes estimant que les habitants de la Terre forment un peuple commun avec des droits et devoirs communs, en dehors des clivages nationaux, et placent l'intérêt de cet ensemble humain au-dessus des intérêts nationaux.



Catégories :

Association ou organisme international - Mondialisation - Utilisateur Terre - Mondialisme - Altermondialisme

Recherche sur Google Images :


Source image : www.coe.int
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Est citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité d'un Etat membre.... S'agissant de la citoyenneté mondiale, est -ce qu'on peut... (source : anicetlepors.blog.lemonde)

Se nomment citoyens du monde certaines personnes estimant que les habitants de la Terre forment un peuple commun avec des droits et devoirs communs, en dehors des clivages nationaux, et placent l'intérêt de cet ensemble humain au-dessus des intérêts nationaux.

Définition

Le concept général de citoyen du monde trouve son origine dans le stoïcisme, dont les philosophes sont les premiers à s'identifier comme citoyens du monde (voir Zénon de Citium). Il a des affinités avec l'existentialisme, courant philosophique qui met en avant la liberté individuelle, la responsabilité mais aussi la subjectivité, et considère chaque homme comme un être unique qui est maître de ses actes et de son destin.

Certains citoyens du monde peuvent

et/ou

Le concept change par conséquent d'une des visions de l'mondialisme, qui reste basée sur l'idée de nations (à l'inverse de l'mondialisme marxiste, qui souhaite la disparition des États-nations).

Approche philosophique

Plusieurs philosophes contemporains comme Jürgen Habermas, Jean-Marc Ferry ou des communautariens nord-américains tels Charles Taylor ou Michæl Walzer ont aussi réfléchi à ce que pourrait être un État mondial ou une communauté politique mondiale. Notons en passant que le terme communautarien ne réfère pas obligatoirement aux thèses du communautarisme, en tout cas dans le vocabulaire de Jean-Marc Ferry.

La discussion est abordée par Jean-Marc Ferry dans l'article Communauté morale, dans lequel on peut trouver le texte complet d'une interview assez récente de Jean-Marc Ferry sur ce thème où il confronte les philosophes qui viennent d'être cités et où il examine aussi les raisons démocratiques qui militent en faveur de l'installation de telles communautés transnationales, telles l'Union européenne[1].

Approches politiques

Les citoyens du monde ne sont pas astreints à soutenir telle ou telle religion ou idéologie, mais adhèrent au refus de toute discrimination basée sur la nationalité, sur l'origine, sur la race, la religion ou le sexe.

Dans le cadre de cette liberté et diversité d'opinions, il ne peut leur être attribué un programme politique. Cependant on trouve fréquemment cités tout, partie (ou, pour les plus platoniques, aucun) des objectifs suivants :

Promotion d'une citoyenneté mondiale par l'approche institutionnelle

Certains souhaitent que cette notion de citoyen du monde soit reconnue sur le plan institutionnel. Ils sont alors favorables au développement d'institutions mondiales, de type fédéral plus qu'intergouvernemental, à la différence des organisations mondiales actuelles, où les citoyens pourraient être directement représentés.

Les approches idéologiquement orientées

L'organisation Citoyens du Monde, d'autre part économiquement anti-libérale, édite une «carte d'identité Citoyens du Monde», organise des votes à l'échelle mondiale et propose une mondialisation identiqueitaire qui se ferait par une forte implication démocratique des citoyens, l'usage de l'espéranto, des propositions d'alternatives institutionnelles (à travers, surtout, le «congrès des peuples»).

Les partisans du mondialisme opposés au capitalisme estiment que la citoyenneté mondiale ne peut se réaliser qu'en cessant la guerre économique inhérente au capitalisme, et souhaitent par conséquent un monde uni sur des bases de coopération et non plus de concurrence.

Les altermondialistes sont partagés entre l'hostilité à la mondialisation des échanges économiques, ce qui les conduit à se «satisfaire» de la primauté des États-nations supposés servir de rempart à celle-ci, et leurs convictions mondialistes.

Certains mettent par exemple en avant le philosophe Toni Negri, qui a développé son propre concept de "Citoyenneté mondiale" dans son ouvrage Empire. Il la pose comme le «premier élément d'un programme politique pour la grande variété mondiale, une première exigence mondiale : la citoyenneté mondiale»[2]. Pour Toni Négri, face à "l'empire américain", la première étape d'une telle citoyenneté mondiale est à chercher dans l'Union européenne. Ceci l'amène à prendre le contre-pied de la majorité des altermondialistes (du moins dans sa composante française et surtout de la direction d'Attac) en soutenant avec conviction le Traité établissant une Constitution pour l'Europe, au motif qu'à l'heure de la mondialisation, «c'est le nouveau prolétariat européen qui a intérêt à l'Europe unie» ainsi qu'à la création d'un espace politique européen.

C'est ainsi que l'engagement de Toni Négri pour une citoyenneté mondiale ne peut être reconnu comme représentatif de celui des altermondialistes généralement. Cependant les altermondialistes se sentent proches de l'idée de Citoyenneté mondiale. A titre d'exemple, parmi ceux qui sont néanmoins dans l'optique de Toni Négri, certains comme John Holloway, associent la citoyenneté mondiale à son corrolaire, le revenu citoyen, ou le «revenu garanti pour tous».

Citoyens du monde célèbres

Certaines personnalités plus ou moins célèbres se sont revendiquées «citoyen du monde».

Voir aussi

Notes

  1. [ (fr)  lire en ligne]
  2. (page 480)

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Citoyennet%C3%A9_mondiale.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu