CQFD

CQFD se présente comme un «mensuel de critique et d'expérimentation sociales». Son comité de rédaction est basé à Marseille, il est composé principalement de chômeurs.



Catégories :

Presse altermondialiste - Média altermondialiste - Altermondialisme - Presse anarchiste - Presse mensuelle française - Média sans publicité

 CQFD
{{{nomorigine}}}

Pays France France
Langue (s) Français
Périodicité Mensuel
Genre Généraliste
Diffusion 17 500 ex. ()
Date de fondation Avril 2003
Ville d'édition Marseille

Directeur de publication Sébastien Dubost
Directeur de la rédaction Pas de directeur de rédaction.
Rédacteur en chef Pas de rédacteur en chef, mais un comité de rédaction.
ISSN 1761-8061

Ce qu'il faut détruire

CQFD (sigle de Ce qu'il faut dire, détruire, développer, par rétro-acronymie du CQFD utilisé en mathématiques) se présente comme un «mensuel de critique et d'expérimentation sociales». Son comité de rédaction est basé à Marseille, il est composé principalement de chômeurs[1].

Il est distribué, l'ensemble des 15 du mois, dans les kiosques et dans certaines librairies. Sans aucune publicité[1], il est gratuit pour les personnes incarcérées.

Contenu

Le comité de rédaction de CQFD réalisait une revue à petite diffusion appelée RIRe (Réseau d'Information Réfractaire), son contenu était particulièrement antimilitariste. En 2003, la même équipe décide de créer un journal abordant des sujets plus diversifiés comme les prisons, la pauvreté, les mouvements sociaux, le néo-colonialisme, la critique du capitalisme, des dénonciations des comportements anti-sociaux dans les entreprises et les institutions ainsi qu'une forte critique des médias.

Ce mensuel de chômeurs donne la parole dans ses colonnes à des réfractaires, à des inventeurs de nouvelles pratiques sociales, à des prisonniers. De plus, le mensuel présente dorénavant plusieurs chroniques de Arthur (pas celui de la télé), Sébastien Fontenelle, Éric Hazan ou encore Jean-Pierre Levaray. Jean-Marc Rouillan y a rédigé régulièrement des chroniques sur le monde carcéral, jusqu'à sa sortie de prison en décembre 2007. Le journal est réalisé par le comité de rédaction auquel s'associent une vingtaine de dessinateurs de presse et une trentaine de rédacteurs extérieurs.

Publications :

Dénonçant le silence de la majorité des médias au sujet de la révolte d'Oaxaca au Mexique, CQFD a publié en collaboration avec les éditions L'insomniaque en janvier 2007 un hors-série appelé La Libre Commune de Oaxaca[2].

En mai 2006, CQFD a créé les éditions le Chien rouge qui ont publié :

Mode de diffusion

CQFD utilise essentiellement quatre modes de diffusion :

Liens externes

Notes et références

  1. abc Interview de François Maliet, membre du comité de rédaction de CQFD
  2. La libre commune de Oaxaca : présentation du hors série par CQFD
  3. CQFD est ainsi listé comme média indépendant dans le Petit cours d'autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon publié en 2005.

Recherche sur Google Images :



"CQFD"

L'image ci-contre est extraite du site raudi.free.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (378 x 151 - 29 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/CQFD_(journal).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu