Mouvement Emmaüs

Le mouvement Emmaüs est un ensemble d'associations loi de 1901 caritatives laïques françaises fondées par Henri-Antoine Grouès, dit l'abbé Pierre, à partir de 1949, pour venir en aide aux plus pauvres, aux exclus, aux réfugiés ainsi qu'aux sans domicile fixe.



Catégories :

Mouvement Emmaüs - Association ou organisme caritatif français - Logement social en France - Entreprise de l'économie sociale - Économie solidaire - Altermondialisme - Association fondée en 1949

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le Mouvement Emmaüs est né en novembre 1949 par la rencontre d'hommes ayant pris conscience de leurs situations privilégiées et de leurs responsabilités... (source : emmaus-france)
  • Dans sa réalité actuelle, le Mouvement Emmaüs est né en novembre 1949 par une... En 1985, c'est Emmaüs France qui sera créée, comprenant l'ensemble des ... (source : emmaus-redene)
  • En qualité d'acteur du tiers secteur, Emmaüs France s'est engagé à faire connaître les .... mouvement Emmaüs est finalement vécue comme un nouvel élan, ... (source : senior-competence)
Logo d'Emmaüs Mondial

Le mouvement Emmaüs est un ensemble d'associations loi de 1901 caritatives laïques françaises fondées par Henri-Antoine Grouès, dit l'abbé Pierre, à partir de 1949, pour venir en aide aux plus pauvres, aux exclus, aux réfugiés ainsi qu'aux sans domicile fixe (SDF) . Les communautés Emmaüs accueillent plus de 3 880 Compagnons d'Emmaüs en France (au 31/12/2005) [1].

Le mouvement Emmaüs Mondial regroupe 323 associations reconnues par le mouvement en son nom à travers le monde, dont 140 en France fédérées au sein du mouvement Emmaüs France. Les personnes accueillies dans les communautés, qui représentent le projet central du mouvement, ont été désignés comme «compagnons» par l'abbé Pierre, leur figure emblématique et mondialement respectée.

Les origines du mouvement

En 1949, l'abbé Pierre, député MRP de Meurthe-et-Moselle, vit dans une maison délabrée qu'il restaure à Neuilly-Plaisance en Seine-Saint-Denis en banlieue parisienne. Dans cette maison, il accueille des personnes en difficulté. Ce lieu devient une auberge de jeunesse mondiale qu'il baptise Emmaüs (au nom de l'épisode biblique d'Emmaüs)

Le mouvement Emmaüs naît, en novembre 1949, de cette initiative et de la rencontre avec un désespéré suicidaire, Georges Legay. L'abbé lui permet d'échapper au suicide en lui tenant ces mots : "Je ne peux pas t'aider, mais toi, tu peux m'aider à aider les autres". L'objectif de cette initiative est «d'agir pour que chaque homme, chaque société, chaque nation puisse vivre, s'affirmer et s'accomplir dans l'échange et le partage, mais aussi dans une identique dignité» (extrait du Manifeste universel). Dès les débuts, l'abbé Pierre trouvera en la personne de celle qui deviendra sa secrétaire spécifique, Lucie Coutaz, une aide sans faille, dont la fidélité à son œuvre ne faillira jamais.

C'est en 1953 que l'association Emmaüs est créée dans l'objectif d'organiser ce mouvement. Quoiqu'inspirée par un prêtre chrétien, l'association s'est voulue complètement neutre au plan politique, spirituel et religieux, et est ouverte à l'ensemble des nationalités, les origines ethniques, sans juger les convictions de ceux à qui elle porte assistance sans distinction.

L'insurrection de la bonté

Après les ravages de la Deuxième Guerre mondiale, la France connaît un hiver 1954 particulièrement rude et plusieurs personnes meurent de froid. Dans ce contexte de grave pénurie de logements, l'abbé Pierre lance son célèbre appel sur les ondes de Radio Luxembourg : «Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée»; il déclenche «l'insurrection de la Bonté» et influence fortement les pouvoirs publics. Un immense mouvement de solidarité naît. Les dons reçus seront tout d'abord utilisés pour parer aux besoins urgents, puis pour aider au développement de l'association. Durant les jours qui suivent l'appel, près de 2 000 tonnes de dons en nature seront récoltés.

La structuration progressive

Les années suivants voient la création de nombreuses structures au sein d'Emmaüs : HLM Emmaüs, UNASL (Union Nationale d'Aide aux Sans-Logis (février 1955) qui devient en 1957 Confédération Générale du Logement [2], puis SOS Famille Emmaüs, Fondation Abbé-Pierre.

En 1958, l'Union Centrale de Communautés Emmaüs est créé. Elle regroupe à peu près 14 communautés qui expriment leur désir de structurer les communautés. Il s'agit en particulier de mettre en place un salariat des responsables, un recrutement de ces derniers à l'externe, une formation poussée de type professionnelle.

L'abbé Pierre exprime à plusieurs reprise sa méfiance envers cette structuration. Quelques années plus tard, l'Union des Amis et des Compagnons d'Emmaüs se crée, comprenant d'autres communautés plus proches de la vision de l'abbé. À son tour, cette UACE connaitra des oppositions internes, qui seront à l'origine de la création d'Emmaüs Liberté et d'Emmaüs Fraternité, deux autres familles de communautés. [3]


Emmaüs Mondial est créée à Berne (Palais fédéral suisse) en 1969. La première Assemblée générale, présidée par Marcel Farine, alors Président d'Emmaüs-Suisse, adopte un Manifeste d'Emmaüs et met sur pied un Secrétariat mondial. Les statuts de l'organisation sont adoptés par l'Assemblée générale de Montréal, en 1971.

1984–85 : Le retour sur le devant de la scène

Le dramatique hiver 1984-85, au cours duquel plus d'une cinquantaine de Sans domicile fixe mourront de froid, d'hypothermie et de misère physiologique, coïncidera avec le retour sur la place publique de la figure emblématique de l'abbé Pierre.

30 ans après l'appel de la Noël 54 les autorités, tant civiles que politiques, devaient se résoudre à faire un terrible constat d'échec en matière de logement social et , bien plus grave, en matière d'hébergement d'urgence. Opportunément le quotidien France Soir lança une campagne médiatique en faveur des plus démunis sous l'égide du fondateur d'Emmaüs; de la même façon qu'à l'hiver 1954, les Français, toutes classes sociales confondues, furent au rendez-vous de ce que certains journalistes ne craignirent pas d'appeler la «deuxième insurrection de la bonté» (quoiqu'il n'y eut aucune réelle «insurrection», mais une immense vague de solidarité nationale qui perdura plusieurs semaines).

Dès les premiers froids, les deux communautés de Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur-Marne, rejointes par celles du Plessis-Trévise, de Bougival et de Bernes-sur-Oise, organisèrent un service de distribution nocturne et quotidien de soupe sur Paris ; ainsi chaque soir deux camionnettes partaient des deux Neuilly et suivaient deux parcours balisés ainsi qu'à chaque arrêt les volontaires (de l'ordre d'une demi-douzaine pour chaque véhicule), communautaires ou bénévoles, distribuaient soupe, couvertures, sacs de nourriture non périssable et conseils.

Dans les années qui suivirent, chaque camionnette fut accompagnée d'une voiture de la Croix-Rouge, pour compléter l'aide d'une assistance médicale et de prévention de certains risques liés à la précarité ou au secours d'urgence (prévention des toxicomanies, de l'alcoolisme, soins médicaux, hygiène, aide psychologique, protection des mineurs et des personnes âgées isolées, quelquefois réanimations d'urgence, surtout en périodes de grand froid ou de canicule).

1985–1999 : les débuts d'Emmaüs France

La création d'Emmaüs France date de 1985 et a profité de l'élan des trente ans du mouvement et de la triste publicité de l'hiver 84. Son premier président est Raymond Étienne. Sous la houlette de son responsable en titre, Joseph Cojan, figure emblématique du mouvement, le mouvement accentua dès 1985 son activité sociale extracommunautaire. A son service des aides mobilières gratuites (service qui s'occupait d'apporter gratuitement, livraison comprise, des meubles de première urgence à des familles en situation d'extrême précarité que lui avaient adressées les différents services sociaux de la région parisienne), Emmaüs Neuilly-Plaisance, en association avec Emmaüs France, créa et prit en charge le centre d'hébergement d'urgence du Quai de la Gare, et ce dès 1985. Ce centre, où vivaient en permanence une demi-douzaine de communautaires, s'occupait de l'entretien d'anciens locaux de la SNCF prêtés (et qui permettaient de coucher à peu près 90 sans-abris chaque nuit en hiver) et du tri de vêtements, apportés chaque jour par des donateurs parisiens, et qui permirent d'ouvrir divers vestiaires sur Paris intra muros.

1999 à nos jours

Le mouvement ne fait pas appel aux subventions publiques pour subsister, mais est autofinancé par le travail de ses propres membres, et il est essentiel que le contrôle de l'activité et la gestion des ressources se fassent au plus près de ceux envers lesquels elle apporte l'aide, sur le modèle de la coopération par le travail. Ainsi, chaque groupe dispose d'une particulièrement importante autonomie à la fois dans sa gestion propre et son financement, l'association Emmaüs France leur apporte l'assistance juridique, concerte les actions de communications communes et les plans d'action d'urgence, et établit la charte indispensable de fonctionnement pour préserver l'image du mouvement.

Le président d'Emmaüs France est Christophe Deltombe. Emmaüs Mondial, qui est présidé par Jean Rousseau, agit non seulement dans le domaine social ainsi qu'au niveau politique contre l'esclavage moderne et les discriminations sociales, le relogement des populations réfugiées ou déplacées victimes de catastrophes écologiques naturelles ou industrielles (dont les victimes du tsunami pan-asiatique de 2004), en fédérant les actions des différentes œuvres caritatives mondiales qui se reconnaissent dans le mouvement ou fondées dans ces pays par les membres d'Emmaüs en collaboration avec les volontaires locaux.

Emmaüs en France actuellement

Article détaillé : Emmaüs France.

Voici un organigramme présentant l'organisation d'Emmaüs France actuellement.

Image:Orga_EF.png

Emmaus a passé actuellement des contrats avec des sociétés dites de "recyclage". En contrepartie, EMMAUS s'est engagé à ne plus apporter aux clients indigents la moindre pièce détachée pour réparer par eux-mêmes un quelconque "matériel" fréquemment indispensable aux familles les plus défavorisées. Sous couvert d'esprit de solidarité envers les indigents (censé caractériser les termes communauté et compagnons), Emmaus participe chaque semaine au cycle de destruction de tonnes de matériels de type electro ménager, hifi, vidéo, ordinateurs en état de marche, à peine obsolètes ou sujets à des pannes mineures facilement réparables dans leurs particulièrement nombreux ateliers... Tandis qu'on parle de "réinsertion par la formation, le travail, la socialisation... " les visiteurs découvrent avec stupéfaction que l'unique formation dont peuvent se prévaloir les compagnons d'EMMAUS est celle de "gardiens de tas d'immondices" qui traquent avec zèle et refoulent à longueur de journée l'aide dérisoire en pièces détachées sollicitées par leurs "clients" indigents.

Collaborations avec d'autres organisations

Le mouvement a pu, par son immense travail, être reconnu par de nombreuses autres organisations et associations humanitaires et caritatives et travaille fréquemment en collaboration avec elles dans des actions communes, en plus de l'engagement personnel de leurs membres. Parmi celles-ci on peut citer :

  • Le mouvement Amnesty mondial
  • ATD Quart Monde
  • La Fondation Armée du Salut
  • L'association Gisti
  • Les Restos du Cœur
  • Médecins du monde
  • Le Secours catholique
  • Le Secours populaire français
  • Solidarités nouvelles face au chômage
  • Les Petites sœurs des pauvres
  • La CIMADE
  • Droit au Logement, aussi connu sous l'acronyme DAL
  • L'Association des cités du secours catholique

Personnalités mondiales engagées en faveur du mouvement

  • Richard Branson
  • Tracy Edwards
  • Prince Edward, duc de Kent
  • Terry Waite, président d'Emmaüs Royaume Uni, otage pendant plus de sept ans en Afghanistan

Notes et références

  1. Bilan Economique et Social 2005, Emmaüs France
  2. Axelle BRODIEZ, L'Union centrale des communautés d'Emmaüs, 1958-1998 : l'institutionalisation d'Emmaüs. Mémoire de maîtrise, Lyon II sous la direction d'Etienne Fouilloux, juin 1999.
  3. ibid.

Liens externes


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_Emma%C3%BCs.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu