Mouvements sud-coréens de défense de l'environnement

Les mouvements sud-coréens de défense de l'environnement, apparus dans les années 1970, ont connu leur principal essor après la démocratisation du pays qui a suivi le soulèvement de juin 1987.



Catégories :

Corée du Sud - Mouvement écologiste - Environnementalisme - Altermondialisme

Recherche sur Google Images :


Source image : www.tlfq.ulaval.ca
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Sur : Agriculture et paysannerie · Sur : Biens communs & Environnement... Manifestation de paysans et salariés Sud - Coréens à Paris... homologues sud - coréens dans la protection de leurs droits et la défense... Accueil d'une délégation de mouvements sud - coréens du 20 au 25 mai : programme et appel à les soutenir... (source : europe-solidaire)
  • Le mouvement sud - coréen de contestation contre l'importation de bœuf.... y est désormais complètement absente car mobilisée pour la défense des abords du .... au mieux des possibilités offertes par l'environnement physique et social.... (source : rebellyon)

Les mouvements sud-coréens de défense de l'environnement, apparus dans les années 1970, ont connu leur principal essor après la démocratisation du pays qui a suivi le soulèvement de juin 1987. Ils sont l'un des mouvements les plus actifs de la société civile sud-coréenne, avec les organisations de défense des droits des consommateurs et les mouvements féministes. Parallèlement se sont mis en place des "villages verts", comme Ansolgi dans la province du Sud-Kyongsang, dont les habitants s'efforcent de promouvoir un mode de production respectueux de l'environnement (voir une présentation du village d'Ansolgi par l'agence sud-coréenne KBS à l'adresse suivante [1]).

Les débuts

La naissance d'organisations de défense de l'environnement en Corée du Sud est née d'une prise de conscience des risques sur l'environnnement que faisait peser le développement industriel accéléré, à partir des années 1960. Les premiers groupes apparaissent sur le campus universitaire de Séoul dans les années 1970.

En 1980 a été créée la première organisation structurée, le Groupe d'Etude de la Pollution. L'Institut coréen de recherche sur la pollution (plus connue sous son acronyme anglais : KPRI) compte parmi ses fondateurs, en 1982, Choi Yul, l'une des personnalités les plus connues en Corée du Sud pour son implication dans la défense de l'environnement. En 1985, malgré la répression de la dictature militaire, le KPRI, met en évidence que des habitants d'Onsan ont été contaminés par une pollution aux métaux lourds, surtout le cadmium.

Le Conseil des mouvements coréens contre la pollution (KAPMA) est créé en 1984, pour structurer l'activité de groupes en particulier organisés localement, mais en particulier présents à Séoul.

A partir de 1988, dans un contexte de démocratisation politique, les mouvements de défense de l'environnement vont orienter leurs activités dans deux directions principales : contre la pollution et le nucléaire. L'association des mouvements coréens anti-pollution, qui publie le mensuel "Paix et survie", fondée en 1988, coordonne cependant les différentes activités.

Les organisations de lutte contre la pollution

Dans les années 1980, les organisations de lutte contre la pollution, nées de préoccupations fréquemment locales ou issues des syndicats agricoles comme le mouvement hansalim, se sont davantage affirmées comme des mouvements écologistes, disposant d'une bonne image dans la société, mais sans relais politiques puissants au sein d'un parti écologiste. La conférence des Nations-Unies tenue à Rio de Janeiro en 1992 a favorisé la structuration des associations de protection de l'environnement.

Rompant avec le silence sur les questions d'environnement au cours de la dictature militaire, les principaux quotidiens ont mis en exergue, en 1989, la pollution de l'eau à Séoul et le rôle d'organisations de défense de l'environnement.

Deux organisations principales coordonnent les activités de lutte contre la pollution et de défense de l'environnement : la Fédération coréenne pour un mouvement écologiste (FCEM), présidée par Choi Yul, et Corée verte (en anglais : Green Korea).

Les mouvements anti-nucléaires

Disposant de peu d'énergies fossiles, la Corée du Sud, sous l'impulsion du général Park Chung-hee a largment développé l'électricité d'origine nucléaire, dont la part dans la production d'électricité totale a dépassé 50% dans les années 1980. La Corée du Sud fait partie des pays au monde ayant le plus développé l'électricité d'origine nucléaire, dès les années 1960 : des incidents liés à la sécurité et au renouvellement d'un parc spécifiquement étendu ont suscité des protestations de plus en plus fortes à partir des années 1980.

En 1988, un million de citoyens du comté de Youngkwang ont signé une pétition contre l'installation et l'extension de sites nucléaires, mais aussi pour obtenir un dédommagement des pertes subies par les personnes œuvrant dans le secteur de la pêche. Les activités de protestation ont été conduites par l'Association du mouvement contre les centrales nucléaires de Youngkwang.

Le stockage des déchets nucléaires a constitué un second sujet de luttes. Après 1994, les populations locales d'Uljin et de l'île de Kulopdo ont refusé successivement l'implantation de sites de stockages dans leur environnement immédiat.

Malgré l'opposition de larges secteurs de l'opinion, les autorités sud-coréennes ont poursuivi la construction de centrales nucléaires : cinq centrales nouvelles ont été construites entre 1988 et 2001, et cinquante-cinq autres doivent l'être entre 2001 et 2031.

Bibliographie et liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvements_sud-cor%C3%A9ens_de_d%C3%A9fense_de_l%27environnement.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu